La grossesse et l’accouchement sont des moments très spéciaux dans nos vies. Le problème est que notre manque de connaissance vis-à-vis de ce sujet nous mène à l’angoisse et à l’inquiétude concernant cet évènement, qui représente en général un évènement heureux de notre vie.

Dans cet article on va essayer de répondre à un grand nombre de questions que se posent les femmes concernant leur grossesse, les signes du travail et de l’accouchement, ainsi que les méthodes d’accouchent souvent utilisés.

Repérer les signes du travail et de l’approche de l’accouchement

accouchement normalQuand vous vous approchez de votre date d’accouchement, qui se produit normalement entre 37 et 41 semaines de grossesse, vous serez à la recherche de tout petit signe que le travail est sur le point de commencer.

Vous remarquerez peut-être que votre bébé a “chuté” dans votre bassin (c’est-à-dire, a été déplacé plus bas dans votre bassin), ou si vous avez un examen pelvien au cours de votre dernière visite prénatale, votre médecin pourrait signaler des changements dans votre col de l’utérus que vous ne pouvez pas sentir.

Le principal signe de l’entrée en travail est l’apparition de contractions, qui deviennent de plus en plus fortes et à un intervalle de plus en plus court, parfois les femmes ressentent ces contractions comme des douleurs ou des crampes au bas du dos.

La rupture des membranes est aussi un signe de l’imminence de l’accouchement, ainsi que la perte de secrétions sanglantes et de mucus par le vagin (secrétions brunâtres ou teintés de rouge), qui représente la perte du bouchon de mucus (bouchon muqueux) qui bloque le col, et protège le bébé de la montée de microbe. Perdre le bouchon muqueux signifie généralement que le col de l’utérus se dilate (s’ouvre).

Est-ce que j’ai rompue ma poche des eaux ?

Si vous êtes enceinte, vous pourriez être curieuse pour savoir comment connaître votre rupture de la poche des eaux, quand cela se produira, qu’est-ce que vous allez sentir, et qu’est-ce que vous devez faire faire.

Il n’est pas toujours facile de savoir si votre poche des eaux est rompue. Souvent cette rupture se manifeste par un écoulement qui ressemble à l’écoulement de l’eau du robinet venant du vagin, c’est-à-dire un écoulement chaud, clair, et abondant qui va probablement mouiller votre couche. Mais la confirmation de la rupture des membranes est parfois difficile, par exemple, il pourrait être difficile de faire la différence entre l’écoulement du liquide amniotique et celui des urines (de nombreuses femmes enceintes présentent des fuites d’urine), surtout lors de la première grossesse. Un test simple par une bandelette peut indiquer à votre médecin si le liquide qui sort est de l’urine ou du liquide amniotique.

Rupture des membranes lors du travail ?

Il est primordial d’informer votre médecin du temps de la rupture de vos eaux, ainsi que de la couleur et de l’odeur de cet écoulement. Aussi, appelez votre médecin si vous pensez que votre poche de l’eau a éclaté, même si vous n’êtes pas sûr. C’est parce que, une fois vos membranes sont rompues, le risque de contracter une infection chez le bébé augmente à mesure que le travail est retardé. Souvent, une femme va aller dans le travail peu de temps après ses pertes d’eau. Lorsque ce n’est pas le cas, son médecin peut proposer une induction ou un déclenchement du travail.

Le pré-travail

Quand vous vous approchez de votre date prévue d’accouchement, vous pouvez commencer à vous interroger sur ces contractions que les femmes enceintes ressentent. La bonne nouvelle est que ces contractions aident à vous préparer à avoir votre bébé. Elles sont juste en train de le faire très lentement, et parfois bien avant le vrai travail. En fait, le pré-travail peut durer des jours, voire des semaines, et il est difficile de dire quand la femme va passer du pré-travail au travail actif. Mais ces signes peuvent vous informer que vous avez affaire à un faux travail et non pas des contractions de travail réel :

  • Pas de perte du bouchon muqueux.
  • Pas de rupture de la poche des eaux.
  • Ces fausses contractions sont souvent Irrégulière (ils ne se produisent pas à intervalles réguliers), non progressifs (ne sont pas de plus en plus intenses, ou fréquentes avec le temps), et sont accompagnées par le mouvement de votre bébé.

NB : Si vous n’êtes pas encore à 37 semaines d’aménorrhées, et que vous remarquez des contractions ou d’autres signes du travail, il ne faut pas attendre, et il faut consulter votre médecin en urgence pour voir si vos contractions progressent. visitez immédiatement votre médecin afin qu’il puisse déterminer si vous êtes dans un travail prématuré.

Le faux travail

Se définit par des contractions irrégulières et inefficaces, et donc des contractions incapables de déclencher un travail et induire l’accouchement.

Il n’est pas étonnant que de nombreuses femmes confondent les contractions du faux travail et celles du vrai travail. Donc, ne vous sentez pas gêné si vous partez à l’hôpital en pensant que vous êtes sur le point d’accoucher alors que vous ne l’êtes pas. Tôt ou tard, vous aller entendre ces mots magiques : “votre bébé est sur le chemin d’arriver, aujourd’hui !”.

Quelles sont les étapes du travail et de l’accouchement ?

Le processus de travail et de l’accouchement est divisé en trois étapes :

La première étape de l’accouchement = Le travail proprement dit

Cette étape débute lorsque vous commencez à avoir des contractions qui provoquent des changements progressifs dans votre col de l’utérus et se termine lorsque votre col est complètement dilaté.

Cette étape est divisée en deux phases :

  • Le début du travail ou la phase passive du travail : Votre col s’efface progressivement (s’amincit) et se dilate (s’ouvre), jusqu’à 3 cm de dilatation. Et l’intensité des contractions augmente progressivement.
  • Le travail actif : Votre col commence à se dilater plus rapidement, et les contractions sont de plus en plus fortes, et de plus en plus rapprochées. La dilatation du col passe de 3 à 10 cm, qui représente la dilatation complète.

Le deuxième stade de l’accouchement – descente et sortie du bébé

Cette étape du travail commence lorsque votre col est complètement dilaté et se termine avec la naissance de votre bébé. Ceci est parfois désigné sous le nom du stade “pousser”.

Alors que votre utérus se contracte, il exerce une pression sur votre bébé, lui permettant de descendre le long du canal pelvien. Donc, si tout va bien, vous voudrez peut-être respirer lentement et laissez votre utérus faire le travail jusqu’à ce que vous ressentez l’envie de pousser. Dans de nombreux hôpitaux, il est encore une pratique courante d’entrainer les femmes à pousser à chaque contraction, dans un effort pour accélérer la descente du bébé.

Si vous avez une péridurale, la perte de sensation peut enlever l’envie de pousser, il pourrait être nécessaire dans ce cas de suivre les directives de votre médecin, pour vous aider à pousser efficacement.

La troisième étape du travail – expulsion du placenta – la délivrance

Cette étape de délivrance du placenta, commence juste après la naissance de votre bébé, et se termine par l’expulsion du placenta.

Quelques minutes après l’accouchement (pas plus de 30 minutes), l’utérus commence à se contracter à nouveau. Les premières contractions se séparent généralement le placenta de la paroi de votre utérus. Lorsque votre soignant voit des signes de séparation, il peut vous demander de pousser doucement pour aider à expulser le placenta. Il s’agit généralement d’une courte poussée qui n’est pas du tout difficile ou douloureuse.

L’accouchement normal est terminé deux heures après l’expulsion du placenta. Pendant cette période, l’obstétricien surveille l’hémostase de l’utérus. De plus, les médecins ou les sages-femmes examinent les tissus mous du canal génital (col de l’utérus, vagin, plancher pelvien, périnée) afin de pouvoir détecter et traiter les éventuelles blessures le plus tôt possible, le bébé est examiné par le pédiatre, puis sera donner à la maman pour commencer l’allaitement.

La durée du travail et de l’accouchement

Chaque grossesse est différente, et il y a de grandes variations dans la durée du travail. Pour la première grossesse, le travail prend souvent entre 10 et 20 heures. Pour certaines femmes, cependant, il dure beaucoup plus longtemps, tandis que pour d’autres, c’est beaucoup plus rapides. Le travail progresse généralement plus rapidement pour les femmes qui ont déjà accouché auparavant par voie vaginale.

Gérer de la douleur du travail

Pratiquement toutes les femmes s’inquiètent, concernant la façon dont ils devront gérer la douleur de l’accouchement. L’accouchement est différent pour toutes les femmes, et personne ne peut prédire comment vous vous sentirez lors du travail. L’intensité de la douleur que ressent une femme pendant le travail dépend en partie de sa taille et la position de son bébé, du diamètre de son bassin, de ses émotions et son état psychique, ainsi que de la force des contractions.

Avoir une vision positive de l’accouchement permet de mieux aider les femmes à gérer leur douleur. Il est important de réaliser que la douleur du travail n’est pas comme la douleur causé par une maladie ou une blessure. Cette douleur est causée par des contractions de l’utérus qui poussent votre bébé le long du canal pelvien. En d’autres termes, cette douleur du travail a un but.

La péridurale, faite par votre équipe médicale pendant le travail, permet de réduire significativement cette douleur ou même la supprimer.

Il est recommandé de suivre ces conseils pour pouvoir se sentir positif vis à vis l’accouchement :

  • Prendre un cours d’accouchement.
  • Appelez votre médecin, sage-femme, ou un hôpital ou un centre de naissance pour toute information.
  • Renseignez-vous auprès de votre médecin ou sage-femme pour savoir toutes les options mise à votre disposition pour gérer la douleur du travail.
  • Écrivez vos questions et en parler à vos visites régulières. Partagez vos peurs et émotions avec vos amis, votre famille et votre partenaire.

Autres :

Voir cette vidéo pour mieux comprendre le déroulement de l’accouchement :


Toutes les recommandations Médicales sur l’accouchement :

Articles du CNGOF