Publicité

Bracelet

Extra 3.5$ de réduction pour cet magnifique bracelet.

Utiliser le Code MGEM_3.5_OFF

Uniquement pour les visiteurs de MonGyneco-EtMoi 😍…

Pour une durée limitée seulement

Acheter maintenant loveforjewels.com

 


La myomectomie est une intervention chirurgicale pour enlever les fibromes utérins (également appelés léiomyomes). Ce sont des tumeurs non cancéreuses communes qui apparaissent dans l’utérus, le plus souvent pendant les années de procréation, mais ils peuvent survenir à tout âge.

L’objectif du chirurgien lors de la myomectomie est d’enlever les fibromes qui causent les symptômes non désirés, et de reconstruire l’utérus. Contrairement à l’hystérectomie, qui supprime l’intégralité de votre utérus, la myomectomie supprime uniquement les fibromes et laisse votre utérus intact.

Les femmes qui subissent la myomectomie rapport une amélioration des symptômes des fibromes, y compris les saignements menstruels abondants et la sensation de pression pelvienne.

Pourquoi faire une myomectomie ?

myomectomieVotre médecin pourrait recommander la myomectomie pour les fibromes provoquant des symptômes gênants, ou interfèrent avec vos activités normales. Si vous devez subir une chirurgie, les raisons de choisir une myomectomie au lieu d’une hystérectomie pour les fibromes utérins sont les suivantes :

  • Vous envisagez d’avoir des enfants : c’est évident qu’avec une hystérectomie y’aura plus moyen de tomber enceinte, vu que l’utérus qui permet le développement du fœtus est enlevé.
  • Votre médecin soupçonne que les fibromes utérins peuvent interférer avec votre fertilité
  • Vous voulez garder votre utérus

Les risques de la myomectomie

La myomectomie a un faible taux de complications. Pourtant, la procédure constitue un ensemble unique de défis. Les risques de la myomectomie comprennent :

Une perte de sang excessive

Beaucoup de femmes ont déjà une anémie en raison des saignements menstruels abondants causés par les fibromes, elles sont donc plus à risque de problèmes dus à la perte de sang. Votre médecin peut suggérer des façons pour corriger votre anémie avant la chirurgie pour myomectomie.

Au cours de la myomectomie, les chirurgiens prennent des mesures supplémentaires pour éviter les saignements excessifs, notamment en bloquant l’écoulement des artères utérines et on injectant des médicaments autour des fibromes pour causer la constriction des vaisseaux sanguins.

Apparition de tissu cicatriciel

L’incision dans l’utérus pour enlever les fibromes peuvent entraîner des adhérences (bandes de tissu cicatriciel qui peuvent se développer après la chirurgie). En dehors de l’utérus, les adhérences pourraient embrouiller les structures avoisinantes et conduire à des trompes de Fallope bloquées ou une occlusion de l’intestin. Rarement, les adhérences peuvent se former dans l’utérus et conduire à des périodes menstruelles légères et des difficultés de fertilité. La myomectomie laparoscopique peut entraîner moins d’adhérences que la myomectomie abdominale (par laparotomie).

Complications lors de l’accouchement

Une myomectomie peut augmenter certains risques lors de l’accouchement si vous tomber enceinte. Si votre chirurgien a dû faire une incision profonde dans le mur de l’utérus, le médecin qui gère votre grossesse ultérieure peut recommander une césarienne pour éviter le risque de rupture de l’utérus pendant le travail (une complication rare, mais grave, qui peut se produire lors de l’accouchement).

Chance rare de l’hystérectomie

Rarement, le chirurgien pourrait être obligé d’enlever l’utérus si le saignement est incontrôlable ou en cas de présence d’autres anomalies en plus des fibromes. C’est une évolution rare, mais très importante à savoir. En fait, toute femme programmée pour une myomectomie, doit OBLIGATOIREMENT ETRE PREVENU de cette possibilité évolutive avant la chirurgie.

Les stratégies visant à prévenir les complications chirurgicales possibles de la myomectomie

Pour minimiser les risques de la chirurgie de la myomectomie, votre médecin peut recommander :

Les suppléments de fer

Si vous avez l’anémie ferriprive, à cause e des lourdes périodes menstruelles, votre médecin peut recommander des suppléments de fer, pour vous permettre de reconstruire votre numération formule sanguine avant la chirurgie.

Le traitement hormonal

Une autre stratégie pour arrêter le saignement, est l’utilisation d’un traitement hormonal avant la chirurgie. Votre médecin peut vous prescrire une hormone de libération des agonistes gonadotrophines (GN-RH), des pilules de contraception, ou d’autres médicaments hormonaux pour arrêter ou diminuer votre flux menstruel.

Lorsqu’il est administré comme thérapie, un GN-RH bloc la production d’œstrogènes et de la progestérone, conduisant à l’arrêt de la menstruation et ce qui vous permet de reconstruire votre hémoglobine.

Il faut savoir que certain de ces traitement exposent au risque de complications, notamment l’ostéoporose, et doivent être utilisés uniquement pendant une courte période.

La thérapie pour réduire la taille des fibromes

Certains traitements hormonaux, comme la thérapie agoniste de la GN-RH, peut également réduire vos fibromes assez pour permettre à votre chirurgien d’utiliser une approche chirurgicale minimalement invasive, comme une petite incision horizontale plutôt qu’une incision verticale, ou une procédure laparoscopique au lieu d’une procédure ouverte.

Chez la plupart des femmes, des agonistes de la GN-RH provoque les mêmes symptômes de la ménopause : les bouffées de chaleur, des sueurs nocturnes et de la sécheresse vaginale. Cependant, ces symptômes s’arrêtent lorsque vous arrêtez de prendre le médicament. Le traitement se prend généralement sur plusieurs mois avant la chirurgie, et peut même éviter l’acte chirurgical.

Les preuves suggèrent que chaque femme doit prendre un traitement agoniste de la GN-RH avant la myomectomie. Le coût du médicament et le risque d’effets secondaires doit être pesé contre les avantages.

Comment se préparer pour une myomectomie ?

Voici ce que vous pourriez faire pour vous préparer pour une myomectomie :

Recueillir des informations

Avant la chirurgie, il faut obtenir toutes les informations dont vous avez besoin pour se sentir confiants quant à votre décision d’avoir une myomectomie. Demandez à votre médecin et chirurgien tous les questions dont vous voulez savoir la réponse.

Suivre les instructions concernant la nourriture et les médicaments

Vous aurez besoin d’arrêter de manger dans les heures qui précèdent l’acte chirurgical, suivez les recommandations de votre médecin sur le nombre précis d’heures. Si vous prenez des médicaments, demandez à votre médecin si vous devez changer votre routine de médicaments habituels dans les jours avant la chirurgie. Informez votre médecin de tous les médicaments, les vitamines ou autres suppléments alimentaires que vous prenez.

Discuter le type d’anesthésie et les médicaments de la douleur que vous pourriez recevoir

Les interventions par voie abdominale, laparoscopique ou robotiques (coelioscopique) de la myomectomie sont réalisées sous anesthésie générale, ce qui signifie que vous êtes endormi pendant la chirurgie. La myomectomie par hystéroscopie est réalisée sous anesthésie générale ou rachianesthésie (où le médicament est injecté dans votre canal rachidien pour engourdir les nerfs dans la moitié inférieure de votre corps). Renseignez-vous sur les médicaments de la douleur et comment ils seront administrés.

Disposer de l’aide

Votre installation peut exiger que vous ayez quelqu’un pour vous accompagner le jour de la chirurgie. Assurez-vous que vous avez une personne disponible auprès de vous.

Planifier un séjour à l’hôpital si nécessaire

Que vous restiez à l’hôpital pour une partie seulement de la journée ou pendant la nuit dépend du type de procédure que vous avez. La myomectomie abdominale (ouverte) nécessite habituellement un séjour de deux à trois jours à l’hôpital. Dans la plupart des cas, la myomectomie laparoscopique ou robotique ne nécessite qu’un séjour d’une nuit. La myomectomie par hystéroscopie se fait souvent sans besoin d’être hospitalisée.

Quel type d’interventions auriez-vous pour votre fibrome ?

Selon la taille, le nombre et l’emplacement des fibromes, votre chirurgien peut choisir l’une des trois approches chirurgicales à la myomectomie.

La myomectomie abdominale

Dans la myomectomie abdominale (laparotomie), votre chirurgien fait une incision abdominale ouverte pour accéder à votre utérus et enlever les fibromes. Votre chirurgien pénètre dans la cavité pelvienne par l’un des deux incisions :

Une incision horizontale qui passe d’environ un pouce (environ 2,5 cm) au-dessus de l’os pubien (près de la ligne du bikini). Cette incision suit vos lignes naturelles de la peau, il se traduit généralement par une cicatrice plus mince et provoque moins de douleur que fait une incision verticale. Cette incision horizontale peut ne pas être appropriée si vous avez un grand fibrome.

Une incision verticale qui commence au milieu de l’abdomen et s’étend juste en dessous de votre nombril jusqu’à l’os pubien. Cela permet à votre chirurgien un meilleur accès à l’utérus qu’une incision horizontal. Elle est rarement utilisée, sauf si votre utérus fibromateux est de très grande taille.

La myomectomie laparoscopique ou myomectomie robotique

Dans la myomectomie laparoscopique ou robotique, des procédures minimalement invasives sont réalisées. Votre chirurgien accède et enlève les fibromes par plusieurs petites incisions (3 en moyen) abdominales de moins de 1 cm.

Au cours de la myomectomie laparoscopique, le chirurgien fait une petite incision d’environ 1 cm près de votre nombril. Puis il ou elle insère un laparoscope (un tube étroit muni d’une caméra) dans votre abdomen. Votre chirurgien effectue la chirurgie avec des instruments introduits par d’autres petites incisions dans votre paroi abdominale.

Le fibrome est coupé en petits morceaux et enlevé à travers ces petites incisions dans la paroi abdominale, ou, plus rarement, par une incision dans le vagin.

Cette opération a l’avantage de réduire les sensations de douleur, limiter les pertes sanguines, et de permettre une reprise plus rapide de l’activité, qu’avec une laparotomie. La taille de l’utérus et le nombre de fibromes, ainsi que l’emplacement de ces fibromes sont des facteurs déterminants pour le choix de l’abord chirurgical.

La myomectomie par hystéroscopie

Pour traiter les fibromes qui se trouvent dans votre cavité utérine (les fibromes sous-muqueux), votre chirurgien peut suggérer une myomectomie par hystéroscopie. Votre chirurgien accède et enlève les fibromes en utilisant des instruments insérés dans le vagin et le col utérin pour accéder à votre utérus.

Votre chirurgien insère un petit instrument éclairé, appelé hystéroscope, par le vagin. Un liquide clair, généralement une solution saline stérile, est insérée dans l’utérus pour élargir votre cavité utérine et permettre un examen des parois de l’utérus. Votre chirurgien va raser ensuite les morceaux de fibrome jusqu’à ce qu’il soit aligné avec la surface de votre cavité utérine. Les lavages de tissus prélevés sur le liquide clair qui est utilisé pour élargir votre utérus au cours de la procédure.

Rarement, les chirurgiens peuvent utiliser un laparoscope introduit par une petite incision dans l’abdomen pour voir les organes pelviens et pour surveiller l’extérieur de l’utérus au cours d’une myomectomie par hystéroscopie compliqué.

Lorsque vous rentrerez chez vous, après une myomectomie

A la sortie de l’hôpital, votre médecin vous prescrit des médicaments de la douleur par voie orale, vous indique comment prendre soin de vous, et discute des restrictions sur votre alimentation et activités.

Vous pourriez avoir à éviter certaines activités, comme la conduite, soulever des objets lourds, monter les escaliers ou pratiquer une activité sportive importante jusqu’à ce que vous guérissais complétement. En outre, votre médecin pourra vous conseiller de ne pas utiliser des tampons ou avoir des rapports sexuels pendant la récupération.

Vous pouvez vous attendre à quelques taches vaginales ou coloration pendant quelques jours jusqu’à six semaines, selon le type de procédure que vous avez eu.

La récupération de la myomectomie abdominale prend généralement quatre à six semaines. La récupération de la myomectomie laparoscopique ou robotique prend généralement deux à trois semaines. Et la récupération de la myomectomie par hystéroscopie prend généralement moins d’une semaine.

Les résultats possibles après une myomectomie

Les résultats de la myomectomie peuvent inclurent :

Le soulagement des symptômes

Après la chirurgie de la myomectomie, la plupart des femmes éprouvent un soulagement des signes et des symptômes gênants, comme les saignements menstruels excessifs et les douleurs pelviennes.

L’amélioration de la fertilité

Retrait des fibromes sous-muqueux par hystéroscopie peut améliorer les résultats de fertilité et de grossesse. Après une myomectomie, il faut attendre trois mois avant de tenter la conception pour permettre un temps de guérison suffisant de l’utérus.